Le Fragment de Traù

Incipit du Fragment de Traù dans le manuscrit original conservé à la BnF (Ms Latin 7898, f. 206, disponible sur Gallica).

L’épisode du Festin chez Trimalcion (en latin Cena Trimalchionis) couvre les chapitres 26, 7-78, 8 des éditions modernes du Satyricon. Il représente l’épisode le plus étendu du Satyricon et, probablement, le plus connu. Sa découverte remonte à la moitié du XVIIe siècle (en. 1645), quand Marino Statileo remarque une partie du Satyricon jusqu’alors inconnue dans un manuscrit appartenant à la bibliothèque de son ami le comte Niccolò Cippico. La découverte a lieu en Dalmatie, dans la ville de Trogir. Cette ville se trouve aujourd’hui en Croatie, mais à l’époque elle était sous domination vénitienne et couramment connue sous le nom italien de Traù (en latin Tragurium). Le manuscrit de Traù appartient aujourd’hui à la BnF qui l’a numérisé.

Continuer la lecture de « Le Fragment de Traù »

Sat. 132, 15: une interprétation libertine

L’interprétation du poème au ch. 132, 15 du Satyricon est encore aujourd’hui fortement discutée. Ce bref poème (8 vers en tout) renvoie explicitement à Épicure, mais avec une formulation simplifiée de l’épicurisme exaltant le plaisir sexuel, alors que pour Épicure, comme on sait, le plaisir consistait dans la sérénité entrainée par l’absence de passions. Voici les vers du Satyricon:

Car qui ne connait l’amour et les joies de Vénus? Qui donc défend à nos sens de s’allumer dans la tiédeur du lit? Le père de la vérité (pater veri), le docte Epicure (doctus Epicurus) lui-même nous a recommandé d’aimer (amare) et a soutenu que la vie n’a pas d’autre fin.

Sat. 132, 15, vv. 5-8, d’après la traduction d’Alfred Ernout, avec modifications
Continuer la lecture de « Sat. 132, 15: une interprétation libertine »

Description du manuscrit italien et ses contenus

Le manuscrit qui nous transmet la traduction italienne appartient aujourd’hui à la Biblioteca Angelica de Rome, où il est enregistré comme cote ‘ms lat 2061’. Pour simplicité, j’ai décidé de l’appeler Ang.

Rome, Biblioteca Angelica
Continuer la lecture de « Description du manuscrit italien et ses contenus »