Le Fragment de Traù

Incipit du Fragment de Traù dans le manuscrit original conservé à la BnF (Ms Latin 7898, f. 206, disponible sur Gallica).

L’épisode du Festin chez Trimalcion (en latin Cena Trimalchionis) couvre les chapitres 26, 7-78, 8 des éditions modernes du Satyricon. Il représente l’épisode le plus étendu du Satyricon et, probablement, le plus connu. Sa découverte remonte à la moitié du XVIIe siècle (en. 1645), quand Marino Statileo remarque une partie du Satyricon jusqu’alors inconnue dans un manuscrit appartenant à la bibliothèque de son ami le comte Niccolò Cippico. La découverte a lieu en Dalmatie, dans la ville de Trogir. Cette ville se trouve aujourd’hui en Croatie, mais à l’époque elle était sous domination vénitienne et couramment connue sous le nom italien de Traù (en latin Tragurium). Le manuscrit de Traù appartient aujourd’hui à la BnF qui l’a numérisé.

Continuer la lecture de « Le Fragment de Traù »

La ‘traduction entière’ de François Nodot

Devise sur le frontispice de l’éd. 1709 de la traduction du Satyricon par François Nodot. Le motto en latin contient un jeu de mot:
Les nœuds (nodi) sont dénoués par le nœud (nodo = Nodot)’.
Bibliothèque de l’Arsenal, cote: 8-BL-32764 (2).

En 1690, François Nodot (1650-1710), officier de l’armée française, écrit à l’Académie Française pour annoncer d’avoir la copie d’un manuscrit contentant un texte du Satyricon plus complet que celui jusqu’alors connu. Le manuscrit original aurait été acquis en 1688 à Belgrade par un autre militaire, un certain Dupin. Il s’agit, en réalité, d’une falsification, très probablement inspirée à la découverte du Fragment de Traù.

Continuer la lecture de « La ‘traduction entière’ de François Nodot »

Successi di Eumolpione

Gravure des Successi di Eumolpione. Exemplaire de la Biblioteca Casanatense de Rome, avec l’autorisation du Ministère Italien des Biens Culturels. Toute reproduction interdite.

Les Successi di Eumolpione (‘Les Aventures d’Eumolpione’) représentent un texte vraiment surprenant. Publiée à Naples en 1678, l’œuvre est présentée comme une traduction (le titre complet lit : ‘les aventures d’Eumolpione traduites dans notre langue’) faite par un certain Ciriaco Basilico (pseudonyme de père Domenico Regi 1608-1679 ?). Dans la Préface, Ciriaco explique d’avoir traduit un auteur latin qui écrivit une comédie satirique contre Néron – il s’agit bien évidemment de Pétrone. Continuer la lecture de « Successi di Eumolpione »