Le Fragment de Traù

Incipit du Fragment de Traù dans le manuscrit original conservé à la BnF (Ms Latin 7898, f. 206, disponible sur Gallica).

L’épisode du Festin chez Trimalcion (en latin Cena Trimalchionis) couvre les chapitres 26, 7-78, 8 des éditions modernes du Satyricon. Il représente l’épisode le plus étendu du Satyricon et, probablement, le plus connu. Sa découverte remonte à la moitié du XVIIe siècle (en. 1645), quand Marino Statileo remarque une partie du Satyricon jusqu’alors inconnue dans un manuscrit appartenant à la bibliothèque de son ami le comte Niccolò Cippico. La découverte a lieu en Dalmatie, dans la ville de Trogir. Cette ville se trouve aujourd’hui en Croatie, mais à l’époque elle était sous domination vénitienne et couramment connue sous le nom italien de Traù (en latin Tragurium). Le manuscrit de Traù appartient aujourd’hui à la BnF qui l’a numérisé.

Continuer la lecture de « Le Fragment de Traù »

Le Satyricon, un roman à clé?

Vers 1570 ‘le cercle de Leyde’ gravitant autour du célèbre philologue Scaliger redécouvre Pétrone, en publiant, en outre les excerpta longiora.

C’est le même Scaliger qui suggère l’identification entre le Pétrone auteur du Satyricon et le Pétrone (27 ? – 66) décrit par l’historien romain Tacite dans les Annales et reconnu comme ‘arbitre du bon goût’ (arbiter elegantiae) de la cour néronienne. L’expression arbiter elegantiae employée par Tacite paraît en effet particulièrement significative, parce que dans l’en-tête de plusieurs anciens manuscrits du Satyricon l’auteur est justement indiqué comme ‘Petronius Arbiter’.

Continuer la lecture de « Le Satyricon, un roman à clé? »