Sat. 80, 9 : la vie comme comédie

Fere totus mundus exerceat histrionem (‘presque le monde entier joue la comédie’) écrivait Jean de Salisbury (mort en 1180) à propos du Satyricon. En effet, la composante théâtrale est bien présente chez Pétrone : l’hypocrisie caractérise ses personnages, qui bien souvent assument les postures sublimes des figures de la grande littérature, rien que dans le but de tromper les autres.

Continuer la lecture de « Sat. 80, 9 : la vie comme comédie »

Pétrone et les polémistes anti-libertins

D’après le père jésuite François Garasse, auteur du traité anti-libertins La doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps (1623-1624), le libertin peut être individué à partir de ses lectures. En effet, la bibliothèque idéale du libertin se compose, écrit Garasse, de trois rangs: au premier, on trouve les livres de Pietro Pomponazzi (le Pomponace) et Machiavel; au deuxième, Girolamo Cardano (Cardan), Pierre Charron et Giulio Cesare Vanini, alors que sur le troisième on voit des ouvrages d’ « horrible impudicité » , tels que les Priapées, les poèmes de Martial et le Satyricon de Pétrone (Garasse 1623-1624: 1016).

Continuer la lecture de « Pétrone et les polémistes anti-libertins »

Sat. 132, 15: une interprétation libertine

L’interprétation du poème au ch. 132, 15 du Satyricon est encore aujourd’hui fortement discutée. Ce bref poème (8 vers en tout) renvoie explicitement à Épicure, mais avec une formulation simplifiée de l’épicurisme exaltant le plaisir sexuel, alors que pour Épicure, comme on sait, le plaisir consistait dans la sérénité entrainée par l’absence de passions. Voici les vers du Satyricon:

Car qui ne connait l’amour et les joies de Vénus? Qui donc défend à nos sens de s’allumer dans la tiédeur du lit? Le père de la vérité (pater veri), le docte Epicure (doctus Epicurus) lui-même nous a recommandé d’aimer (amare) et a soutenu que la vie n’a pas d’autre fin.

Sat. 132, 15, vv. 5-8, d’après la traduction d’Alfred Ernout, avec modifications
Continuer la lecture de « Sat. 132, 15: une interprétation libertine »

Primus in orbe…

Dans son importante œuvre dédiée au libertinage, René Pintard indique Pétrone comme l’auteur d’un texte sur l’origine des religions (Pintard 2000: 56).  En effet, dans les documents recueillis par Pintard, le nom de Pétrone apparaît à plusieurs reprises, cité par les ‘libertins érudits’ (Naudé, Gassendi) à propos de l’origine humaine des religions.

Continuer la lecture de « Primus in orbe… »

La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines

Annibale Campeggi (1593-1630), membre de l’académie vénitienne des Incogniti, est l’auteur d’une des premières traductions du conte de ‘La Matrone d’Ephèse’.

Publiée en 1630 et par la suite reprise dans le recueil collectif des Incogniti les Cento Novelle Amorose (Venise, 1651), la transposition de Campeggi exploite efficacement le modèle pétronien dans le but de réfuter la doctrine de l’immortalité de l’âme.  Dans la version italienne, la veuve déclare de vouloir mourir pour rejoindre l’âme du mari dans l’au-delà . Mais le soldat, avec un discours inspiré à la plus stricte rationalité, la convaincra à abandonner les fausses croyances qui obscurcissent son esprit et à suivre, plutôt, la lumière de la raison naturelle.

Continuer la lecture de « La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines »