Une traduction française anonyme (1687)

Frontispice de la traduction anonyme Pétrone traduction nouvelle, première édition (1687).
La mention d’imprimerie ‘A Cologne, Chez Pierre Marteau’ est imaginaire. Le pseudonyme Pierre Marteau a été utilisé aux XVIIe et XVIIIe siècles par différents imprimeurs français, hollandais et allemands pour éviter la censure.
BnF, Arsenal, cote: 8-BL-32760.

Cette traduction, qui exclut le fragment de Trau et le long poème sur la guerre civile, a été réimprimée en 1689, chez François Ducoin, Anvers (?). Elle est extrêmement rare. D’après Antoine Périgaud, savant du XIXe siècle, l’auteur pourrait être Marc Antoine Chalvet, avocat et assesseur de Marseille en 1676 et 1688.

Citer ce billet « Une traduction française anonyme (1687) », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 16/10/2018.

La ‘traduction entière’ de François Nodot

Devise sur le frontispice de l’éd. 1709 de la traduction du Satyricon par François Nodot. Le motto en latin contient un jeu de mot:
Les nœuds (nodi) sont dénoués par le nœud (nodo = Nodot)’.
Bibliothèque de l’Arsenal, cote: 8-BL-32764 (2).

En 1690, François Nodot (1650-1710), officier de l’armée française, écrit à l’Académie Française pour annoncer d’avoir la copie d’un manuscrit contentant un texte du Satyricon plus complet que celui jusqu’alors connu. Le manuscrit original aurait été acquis en 1688 à Belgrade par un autre militaire, un certain Dupin. Il s’agit, en réalité, d’une falsification, très probablement inspirée à la découverte du Fragment de Traù.

Continuer la lecture de « La ‘traduction entière’ de François Nodot »

Les traductions de l’Abbé de Marolles

Michel de Marolles, abbé de Villeloin (1600-1681), est le traducteur d’un nombre considérable d’auteurs latins (de Lucrèce à Sénèque, de Virgile à Martial). En 1654 il publie la traduction du Bellum civile de Pétrone, le long poème sur la guerre civile combattue entre César et Pompée qui couvre les chapitres 119-124 des éditions modernes du Satyricon. En 1667 Marolles publie Le Pétrone en vers et, quatre ans plus tard, il ajoutera la traduction de la Chute de Troie, l’autre poème majeur du Satyricon.

Continuer la lecture de « Les traductions de l’Abbé de Marolles »