Sat. 132, 15: une interprétation libertine

L’interprétation du poème au ch. 132, 15 du Satyricon est encore aujourd’hui fortement discutée. Ce bref poème (8 vers en tout) renvoie explicitement à Épicure, mais avec une formulation simplifiée de l’épicurisme exaltant le plaisir sexuel, alors que pour Épicure, comme on sait, le plaisir consistait dans la sérénité entrainée par l’absence de passions. Voici les vers du Satyricon:

Car qui ne connait l’amour et les joies de Vénus? Qui donc défend à nos sens de s’allumer dans la tiédeur du lit? Le père de la vérité (pater veri), le docte Epicure (doctus Epicurus) lui-même nous a recommandé d’aimer (amare) et a soutenu que la vie n’a pas d’autre fin.

Sat. 132, 15, vv. 5-8, d’après la traduction d’Alfred Ernout, avec modifications
Continuer la lecture de « Sat. 132, 15: une interprétation libertine »

Description du manuscrit italien et ses contenus

Le manuscrit qui nous transmet la traduction italienne appartient aujourd’hui à la Biblioteca Angelica de Rome, où il est enregistré comme cote ‘ms lat 2061’. Pour simplicité, j’ai décidé de l’appeler Ang.

Rome, Biblioteca Angelica
Continuer la lecture de « Description du manuscrit italien et ses contenus »

Une traduction française anonyme (1687)

Frontispice de la traduction anonyme Pétrone traduction nouvelle, première édition (1687).
La mention d’imprimerie ‘A Cologne, Chez Pierre Marteau’ est imaginaire. Le pseudonyme Pierre Marteau a été utilisé aux XVIIe et XVIIIe siècles par différents imprimeurs français, hollandais et allemands pour éviter la censure.
BnF, Arsenal, cote: 8-BL-32760.

Cette traduction, qui exclut le fragment de Trau et le long poème sur la guerre civile, a été réimprimée en 1689, chez François Ducoin, Anvers (?). Elle est extrêmement rare. D’après Antoine Périgaud, savant du XIXe siècle, l’auteur pourrait être Marc Antoine Chalvet, avocat et assesseur de Marseille en 1676 et 1688.

Citer ce billet “Une traduction française anonyme (1687)”, par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 16/10/2018.

La ‘traduction entière’ de François Nodot

Devise sur le frontispice de l’éd. 1709 de la traduction du Satyricon par François Nodot. Le motto en latin contient un jeu de mot:
Les nœuds (nodi) sont dénoués par le nœud (nodo = Nodot)’.
Bibliothèque de l’Arsenal, cote: 8-BL-32764 (2).

En 1690, François Nodot (1650-1710), officier de l’armée française, écrit à l’Académie Française pour annoncer d’avoir la copie d’un manuscrit contentant un texte du Satyricon plus complet que celui jusqu’alors connu. Le manuscrit original aurait été acquis en 1688 à Belgrade par un autre militaire, un certain Dupin. Il s’agit, en réalité, d’une falsification, très probablement inspirée à la découverte du Fragment de Traù.

Continuer la lecture de « La ‘traduction entière’ de François Nodot »

Les traductions de l’Abbé de Marolles

Michel de Marolles, abbé de Villeloin (1600-1681), est le traducteur d’un nombre considérable d’auteurs latins (de Lucrèce à Sénèque, de Virgile à Martial). En 1654 il publie la traduction du Bellum civile de Pétrone, le long poème sur la guerre civile combattue entre César et Pompée qui couvre les chapitres 119-124 des éditions modernes du Satyricon. En 1667 Marolles publie Le Pétrone en vers et, quatre ans plus tard, il ajoutera la traduction de la Chute de Troie, l’autre poème majeur du Satyricon.

Continuer la lecture de « Les traductions de l’Abbé de Marolles »

La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines

Annibale Campeggi (1593-1630), membre de l’académie vénitienne des Incogniti, est l’auteur d’une des premières traductions du conte de ‘La Matrone d’Ephèse’.

Publiée en 1630 et par la suite reprise dans le recueil collectif des Incogniti les Cento Novelle Amorose (Venise, 1651), la transposition de Campeggi exploite efficacement le modèle pétronien dans le but de réfuter la doctrine de l’immortalité de l’âme.  Dans la version italienne, la veuve déclare de vouloir mourir pour rejoindre l’âme du mari dans l’au-delà . Mais le soldat, avec un discours inspiré à la plus stricte rationalité, la convaincra à abandonner les fausses croyances qui obscurcissent son esprit et à suivre, plutôt, la lumière de la raison naturelle.

Continuer la lecture de « La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines »

Successi di Eumolpione

Gravure des Successi di Eumolpione. Exemplaire de la Biblioteca Casanatense de Rome, avec l’autorisation du Ministère Italien des Biens Culturels. Toute reproduction interdite.

Les Successi di Eumolpione (‘Les Aventures d’Eumolpione’) représentent un texte vraiment surprenant. Publiée à Naples en 1678, l’œuvre est présentée comme une traduction (le titre complet lit : ‘les aventures d’Eumolpione traduites dans notre langue’) faite par un certain Ciriaco Basilico (pseudonyme de père Domenico Regi 1608-1679 ?). Dans la Préface, Ciriaco explique d’avoir traduit un auteur latin qui écrivit une comédie satirique contre Néron – il s’agit bien évidemment de Pétrone. Continuer la lecture de « Successi di Eumolpione »