La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines

Annibale Campeggi (1593-1630), membre de l’académie vénitienne des Incogniti, est l’auteur d’une des premières traductions du conte de ‘La Matrone d’Ephèse’.

Publiée en 1630 et par la suite reprise dans le recueil collectif des Incogniti les Cento Novelle Amorose (Venise, 1651), la transposition de Campeggi exploite efficacement le modèle pétronien dans le but de réfuter la doctrine de l’immortalité de l’âme.  Dans la version italienne, la veuve déclare de vouloir mourir pour rejoindre l’âme du mari dans l’au-delà . Mais le soldat, avec un discours inspiré à la plus stricte rationalité, la convaincra à abandonner les fausses croyances qui obscurcissent son esprit et à suivre, plutôt, la lumière de la raison naturelle.

Continuer la lecture de « La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines »