Sat. 132, 15: une interprétation libertine

L’interprétation du poème au ch. 132, 15 du Satyricon est encore aujourd’hui fortement discutée. Ce bref poème (8 vers en tout) renvoie explicitement à Épicure, mais avec une formulation simplifiée de l’épicurisme exaltant le plaisir sexuel, alors que pour Épicure, comme on sait, le plaisir consistait dans la sérénité entrainée par l’absence de passions. Voici les vers du Satyricon:

Car qui ne connait l’amour et les joies de Vénus? Qui donc défend à nos sens de s’allumer dans la tiédeur du lit? Le père de la vérité (pater veri), le docte Epicure (doctus Epicurus) lui-même nous a recommandé d’aimer (amare) et a soutenu que la vie n’a pas d’autre fin.

Sat. 132, 15, vv. 5-8, d’après la traduction d’Alfred Ernout, avec modifications
Continuer la lecture de « Sat. 132, 15: une interprétation libertine »

Primus in orbe…

Dans son importante œuvre dédiée au libertinage, René Pintard indique Pétrone comme l’auteur d’un texte sur l’origine des religions (Pintard 2000: 56).  En effet, dans les documents recueillis par Pintard, le nom de Pétrone apparaît à plusieurs reprises, cité par les ‘libertins érudits’ (Naudé, Gassendi) à propos de l’origine humaine des religions.

Continuer la lecture de « Primus in orbe… »