Sat. 132, 15: une interprétation libertine

L’interprétation du poème au ch. 132, 15 du Satyricon est encore aujourd’hui fortement discutée. Ce bref poème (8 vers en tout) renvoie explicitement à Épicure, mais avec une formulation simplifiée de l’épicurisme exaltant le plaisir sexuel, alors que pour Épicure, comme on sait, le plaisir consistait dans la sérénité entrainée par l’absence de passions. Voici les vers du Satyricon:

Car qui ne connait l’amour et les joies de Vénus? Qui donc défend à nos sens de s’allumer dans la tiédeur du lit? Le père de la vérité (pater veri), le docte Epicure (doctus Epicurus) lui-même nous a recommandé d’aimer (amare) et a soutenu que la vie n’a pas d’autre fin.

Sat. 132, 15, vv. 5-8, d’après la traduction d’Alfred Ernout, avec modifications
Épicure (en. 341-270 av. J.-C.)

Pour nombreux critiques d’aujourd’hui il est impensable d’attribuer une version si grossière de épicurisme à Pétrone lui-même. Plutôt, les vers exprimeraient la culture simplifiée et banale du narrateur du Satyricon, Encolpe (Conte 2007: 170). Par contre, dans le passé, ces vers étaient interprétés comme un véritable manifeste poétique de Pétrone, qui aurait ici exprimé son adhésion à l’épicurisme (voir par exemple Collignon 1892: 53-54).

Il est intéressant d’observer comment la traduction italienne exalte la veine épicurienne des vers:

L’istesso inventore della verità, il dotto Epicuro, questo piacere comando’ e disse che questo è il fine della nostra vita. Ede, bibe, lude, post mortem nulla voluptas.

Le découvreur même de la vérité, le docte Épicure, nous a commandé ce plaisir et a dit que celui-ci est le but de notre vie. Ede, bibe, lude, post mortem nulla voluptas.

Sat. 132, 15, vv. 7-8, traduction anonyme du XVIIe siècle

Tout d’abord, on peut remarquer que dans la version italienne Épicure devient ‘le découvreur (inventore) de la vérité’ et que amare (‘aimer’) du texte latin est traduit avec piacere (‘plaisir’), terme qui renvoie de près à la philosophie épicurienne.

Mais c’est surtout l’intégration du motto en latin Ede, bibe, lude, post mortem nulla voluptas (‘mange, bois, jouis, après la mort il n’y a aucun plaisir’) qui attire l’attention. En effet, on retrouve ce motto cité a plusieurs reprises par les polémistes, catholiques et protestants, des XVIe et XVIIe siècles pour blâmer les ‘nouveaux ennemis de la Chrétienté’: les libertins.

Citer ce billet: « Sat. 132, 15: une interprétation libertine », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org, le 19/10/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.