Satyricon ou Satiricon?

Le titre de l’œuvre de Pétrone est composé par le radical satyr– plus une désinence grecque (– ikon) déclinée au génitif pluriel neutre. Il sous-entend le mot livre(s), de même que, par exemple, Decamer-on veut dire ‘(livre) des dix journées’.

Le premier éditeur scientifique de Pétrone, Franz Bücheler (1837 – 1908), avait intitulé le roman de Pétrone Petronii Arbitri Satirarum reliquiae  , en suggérant ainsi une filiation de la satura (satire) romaine. Le lien entre la satire et Pétrone est encore présent chez Alfred Ernout (1879-1973), qui intitule son édition Le Satiricon (publiée en 1922 et maintes fois republiée).  C’est pourquoi en France on peut encore trouver des éditions intitulées Satiricon.

Ailleurs, il est par désormais communément accepté que la racine satyr– dérive non pas du latin satura/ satira, mais du grec satyros (‘satyre’). Satyricon (libri) voudrait donc dire ‘les livres d’aventures satyriques’.

Dans les pays anglophones et en Allemagne, on préfère reconstruire le titre dans la forme du nominatif pluriel: donc, non pas le Satyricon de Pétrone, mais les Satyrica de Pétrone.

Citer ce billet: « Satyricon ou Satiricon? », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 1/05/2018.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.