La ‘traduction entière’ de François Nodot

Devise sur le frontispice de l’éd. 1709 de la traduction du Satyricon par François Nodot. Le motto en latin contient un jeu de mot:
Les nœuds (nodi) sont dénoués par le nœud (nodo = Nodot)’.
Bibliothèque de l’Arsenal, cote: 8-BL-32764 (2).

En 1690, François Nodot (1650-1710), officier de l’armée française, écrit à l’Académie Française pour annoncer d’avoir la copie d’un manuscrit contentant un texte du Satyricon plus complet que celui jusqu’alors connu. Le manuscrit original aurait été acquis en 1688 à Belgrade par un autre militaire, un certain Dupin. Il s’agit, en réalité, d’une falsification, très probablement inspirée à la découverte du Fragment de Traù.

Ce nouveau texte du Satyricon, intégré avec ‘les fragments retrouvés à Belgrade en 1688’, est publié en 1691.

Première édition du Satyricon (en latin) complété par Nodot: BnF, cote: Z-39065

En 1693 Nodot publie sa Traduction Entière de Pétrone, qui, bien évidemment, est basée sur le texte du Satyricon intégré avec les faux fragments.

Frontispice de la première édition de la traduction ‘entière’ de François Nodot (1693). 
Bnf, Bibliothèque de l’Arsenal, cote: 8-BL-32761 (1).
Le nom de l’imprimeur de l’édition en latin (voir image précédente) ainsi que celui de la traduction en français est probablement faux. Il va de même avec le lieu de publication (Coloniae Agripinae/ Cologne). La note manuscrite en haut ‘Langlois’ renvoie peut-être au véritable imprimeur.

Bien que le faux de Nodot soit rapidement démasqué, sa traduction, qui présente un texte plus complet et donc plus agréable à lire, connaît un succès important, témoigné par le nombre de rééditions.

Autre édition de la traduction de Nodot (1694). On remarque le titre ‘Satyre’ au lieu de ‘Satyricon’ et les allusions aux ‘galanteries et débauches de l’empereur Néron’. Le nom de l’imprimeur imaginaire Pierre Marteau cache presque certainement celui d’Elzevier, dont on reconnaît l’emblème (la sphère armillaire). Bnf, cote: Z-17093

Nodot reprend en effet la tradition d’après laquelle le Satyricon de Pétrone représenterait une satire envers Néron. Cette édition de 1694 a même une clé qui permet au lecteur de déceler la véritable identité des personnages. D’après la clé, par exemple, Trimalcion serait Néron, alors que Fortunata, la femme de Trimalcion, serait Acté, la femme de Néron.

‘Clé des Principaux Personnages qui composent la Satyre de Pétrone’

Citer ce billet “La ‘traduction entière’ de François Nodot”, par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 16/10/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.