Le Satyricon, un roman à clé?

Vers 1570 ‘le cercle de Leyde’ gravitant autour du célèbre philologue Scaliger redécouvre Pétrone, en publiant, en outre les excerpta longiora.

C’est le même Scaliger qui suggère l’identification entre le Pétrone auteur du Satyricon et le Pétrone (27 ? – 66) décrit par l’historien romain Tacite dans les Annales et reconnu comme ‘arbitre du bon goût’ (arbiter elegantiae) de la cour néronienne. L’expression arbiter elegantiae employée par Tacite paraît en effet particulièrement significative, parce que dans l’en-tête de plusieurs anciens manuscrits du Satyricon l’auteur est justement indiqué comme ‘Petronius Arbiter’.

Aujourd’hui l’identification entre l’auteur du Satyricon et le Pétrone des Annales est largement acceptée. Ceux qui, comme Stéphane Ratti, s’opposent à cette identification (et proposent une datation plus tardive pour le Satyricon) font toutefois remarquer que Tacite n’attribue aucune œuvre littéraire au Pétrone favori de Néron.

En 66 ce dernier soupçonne Pétrone d’avoir pris part à une conspiration contre lui. Plutôt que d’attendre la sentence de Néron, le courtisan décide de se suicider. Ceci est le récit de Tacite du suicide de Pétrone, qui même en mourant ne renonce pas à son goût raffiné :

Il ne soutint pas l’idée de languir entre la crainte et l’espérance; et toutefois, il ne voulut pas rejeter brusquement la vie. Il s’ouvrit les veines, puis les referma, puis les ouvrit de nouveau au gré de sa fantaisie, parlant à ses amis et les écoutant à leur tour : mais dans ses propos rien de sérieux, nulle ostentation de courage ; et, de leur côté, point de réflexion sur l’immortalité de l’âme et les maximes des philosophes ; il ne voulut entendre que des vers badins et des poésies légères […]. Il ne cherchait point, comme la plupart de ceux qui périssaient, à flatter par son codicille ou Néron ou Tigellin, ou quelque autre des puissants du jour. Mais, sous les noms [sub nominibus] de jeunes et de femmes perdues, il traça le récit des débauches du prince [flagitia principis] avec leurs plus monstrueuses recherches.

TACITE, Annales, Livre XVI, ch. 19. Traduction d’après Alfred Ernout.

À partir de la fin du XVIe siècle, on a reconnu dans le codicille rédigé par le Pétrone tacitien avant de mourir le Satyricon et c’est ainsi que s’est imposée l’interprétation du roman pétronien en tant que texte satirique à clé. D’après cette lecture, avec le Satyricon Pétrone aurait dénoncé les débouches de l’empereur, en cachant les divers personnages de la cour néronienne sous le voile de la fiction: le personnage de Trimalcion, par exemple, représenterait Néron. De nos jours, cette interprétation à clé n’a plus aucun crédit.

Il est important de souligner que les chapitres initiaux du Festin chez Trimalcion sont présents dans les excerpta longiora, donc ils étaient connus avant la découverte du Fragment de Trau, qui transmet l’épisode dans son intégrité.

Page de titre de l’édition du Satyricon publiée en 1629 à Francfort. On remarque le titre ‘SATYRICON super profligatis Neronianae tempestatis moribus’ (‘sur les mœurs corrompues du temps de Néron’).

Citer ce billet: “Le Satyricon, un roman à clé?”, par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/ , le 18/06/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.