La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines

Annibale Campeggi (1593-1630), membre de l’académie vénitienne des Incogniti, est l’auteur d’une des premières traductions du conte de ‘La Matrone d’Ephèse’.

Publiée en 1630 et par la suite reprise dans le recueil collectif des Incogniti les Cento Novelle Amorose (Venise, 1651), la transposition de Campeggi exploite efficacement le modèle pétronien dans le but de réfuter la doctrine de l’immortalité de l’âme.  Dans la version italienne, la veuve déclare de vouloir mourir pour rejoindre l’âme du mari dans l’au-delà . Mais le soldat, avec un discours inspiré à la plus stricte rationalité, la convaincra à abandonner les fausses croyances qui obscurcissent son esprit et à suivre, plutôt, la lumière de la raison naturelle.

Le reniement de la foi dans la résurrection de la part de la veuve se charge d’un message blasphématoire par le fait de se dérouler dans un contexte qui rappelle fortement celui du récit évangélique de la Crucifixion. (Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à mon article ‘La Matrona di Efeso a Venezia e la doppia verità: Osservazioni sul libertinismo degli Incogniti e di Cesare Cremonini’ publié sur Les Dossiers du Grihl)


Illustration du conte de ‘La Matrone d’Éphèse’ de Pétrone Latin et François. Traduction entière (éd. 1709, s.l.). Bibliothèque de l’Arsenal, reproduction interdite.

Une autre version libertine qui exploite la suggestion évangélique de ‘La Matrone d’Éphèse’ est une adaptation du conte, publiée en 1665 avec les Nouvelles en vers… de La Fontaine (voir pp. 33-60) et par la suite attribuée à Saint-Evremond.

Cette traduction accentue la veine épicurienne de la version originale de Pétrone. Tout d’abord, la servante va exhorter sa maitresse en lui disant que les dieux sont tout à fait insensibles à ses larmes et qu’elle doit reprendre à vivre, dans le sens plus élémentaire:


Les Dieux peu touchés de vos larmes

Ne vous rendront jamais l’objet de vos douleurs

Vivez, mangez et cessez de pleurer.

Une fois que la maitresse accepte de boire et manger, la servante revient à la charge. Vivre, elle lui dit, ne veut pas dire tout simplement satisfaire les besoins primaires, mais aussi satisfaire le plaisir, qu’elle cède donc au soldat :

Ne vous opposez point à ses justes désirs

La Nature vous dit qu’il est doux de les suivre

Ce n’est pas assez que de vivre

Il faut vivre pour les plaisirs.

Puis, dans la conclusion, avec une innovation tout à fait originale, deux amis du défunt passent devant la croix et reconnaissent leur ami. Voilà le récit, à l’allure blasphématoire:

La nouvelle s’en répandit aussitôt, le peuple accourut en foule pour voir un spectacle si nouveau, chacun disant avec étonnement : ‘Comment se peut-il faire qu’un mort soit sorti du cercueil pour aller au gibet ?’


Citer ce billet: « La Matrone d’Éphèse: deux traductions libertines », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 7/10/2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.