Le Fragment de Traù

Incipit du Fragment de Traù dans le manuscrit original conservé à la BnF (Ms Latin 7898, f. 206, disponible sur Gallica).

L’épisode du Festin chez Trimalcion (en latin Cena Trimalchionis) couvre les chapitres 26, 7-78, 8 des éditions modernes du Satyricon. Il représente l’épisode le plus étendu du Satyricon et, probablement, le plus connu. Sa découverte remonte à la moitié du XVIIe siècle (en. 1645), quand Marino Statileo remarque une partie du Satyricon jusqu’alors inconnue dans un manuscrit appartenant à la bibliothèque de son ami le comte Niccolò Cippico. La découverte a lieu en Dalmatie, dans la ville de Trogir. Cette ville se trouve aujourd’hui en Croatie, mais à l’époque elle était sous domination vénitienne et couramment connue sous le nom italien de Traù (en latin Tragurium). Le manuscrit de Traù appartient aujourd’hui à la BnF qui l’a numérisé.

Statilio fait part de sa découverte avec un illustre concitoyen, l’érudit Giovanni Lucio (en croate Ivan Lučić). En 1654 ce dernier quitte Traù pour Rome et la nouvelle de la découverte se répand rapidement dans les milieux savants de Rome. L’ambassadeur vénitien à Rome, Pietro Basadonna, se montre particulièrement intéressé et en 1662 il parvient à obtenir de Statileo une copie du manuscrit qui sera imprimée à Padoue au début du 1664.

Page de titre de l’editio princeps du Fragment de Traù, publié en 1664 à Padoue.
Le titre lit ‘Fragment de Pétrone Arbitre récemment retrouvé à Traù’ (Google Books).

Cette première édition du Fragment de Traù n’est pas particulièrement soignée et ne présente aucun commentaire. Le Fragment est attribué sans hésitation à Pétrone, comme le montre le titre, et dans la Préface (anonyme) aussi on revendique la paternité pétronienne du morceau. Dans cette Préface on attribue les nombreuses ‘erreurs’ grammaticales présentes dans le texte aux copistes qui ont rédigé le manuscrit.

Entretemps, Lucio rencontre à Rome l’éditeur hollandais Blaeu, avec lequel il s’accorde pour une nouvelle édition du Fragment. Lucio envoie une copie du Fragment à Blaeu, mais le colis est intercepté et dévié vers la France, où le Prince de Condé (‘le Grand Condé’), grand estimateur de Pétrone, s’en empare. On sait que le Prince penchait pour l’authenticité du Fragment, ainsi que son protégé l’abbé Bourdelot.

Le Grand Condé

Une autre copie du Fragment rejoint les cercles savants parisiens :  cette fois-ci c’est à travers la délégation diplomatique qui accompagne le Cardinal Chigi à Paris. Voilà ce qui écrit en juillet 1664 Jean Chapelain à un de ses correspondants :

Le fragment de Pétrone trouvé en Dalmatie nous a esté apporté par les Italiens de la suite de Mr le legat. Je ne l’ay point vue, le livre estant tombé entre les mains de mon calomniateur [= Gilles Ménage]

cité dans Pace (2008: 396).

À la fin de la même année, l’érudit et bibliophile Jacques Mentel publie une édition du fragment chez l’imprimeur Edmond Martin. Contrairement à l’editio princeps publiée à Padoue, l’édition de Mentel présente un commentaire, écrit sous pseudonyme.  

Dans l’édition de Mentel, le fragment est présenté comme ‘anekdoton’,
c’est-à-dire ‘peu connu’ (Google Books).

En 1666 sont publiées à Paris deux dissertations contre l’authenticité du Fragment de Traù : une par Adrien de Valois, l’autre par Christoph Wagenseil. Les deux considèrent le Fragment un faux, notamment à cause des ‘erreurs’ grammaticales qu’ils y repèrent. Par exemple, on fait remarquer l’expression unus servus est employée dans le Fragment dans le sens de ‘un servant’, comme en italien on dirait un servidore (ou en français un servant), alors qu’en latin classique unus n’est pas un article, mais un adjectif et veut dire ‘unique’.  

Ce qui échappe aux deux érudits est qu’en effet ces ‘erreurs’ ont été volontairement insérées par Pétrone, dans le but d’imiter la façon de s’exprimer des protagonistes du festin chez Trimalcion qui sont des esclaves affranchis, provenant de classes sociales inférieures et qui parlent donc en latin vulgaire. Le latin vulgaire est à la base des langues néolatines, d’où les similarités avec l’italien et le français signalées par de Valois et Wagenseil .

Les sources écrites qui enregistrent le latin vulgaire, voir parlé, sont rarissimes. Outre le Festin chez Trimalcion, les philologues disposent des graffiti de Pompéi. La principale source de connaissance pour le latin vulgaire consiste dans la comparaison entre les langues néolatines.

Quelques mois après, apparaît une réplique (Responsio) aux dissertations de de Valois et Wagenseil. La réplique est publiée sous le pseudonyme de Marino Statileo, le découvreur du Fragment, mais elle communément attribuée au poète et médecin Pierre Petit, ami intime de Ménage. Les arguments de la Responsio sont extrêmement intéressants, parce que les supposées erreurs du Fragment sont correctement attribuées à la volonté de Pétrone de représenter de façon réaliste la langue des esclaves affranchis. D’ailleurs, Ménage exprime une opinion tout à fait similaire :

Un valet dans Plaute et dans Terence s’exprime aussi poliment que son maître. Pétrone, fin et judicieux écrivain, introduisant des gens de la lie du peuple les a fait parler naturellement comme ils parloient.

Menagiana (1716)

Pourtant, l’idée que le Fragment soit un faux est à l’époque largement répandue, au point que quand l’éditeur Blaeu parvient finalement à publier le Fragment et l’incorpore au texte Satyricon, il jugera prudent de le publier en italique, pour le distinguer –écrit-il- du vrai Pétrone (Onelli 2014: 111).

L’édition de Pétrone imprimée à Amsterdam en 1669 est la première à incorporer le texte du Fragment de Traù dans le Satyricon. L’éditeur Blaeu fit imprimer en italique les nouvelles parties (noter dans l’image ci-dessus ‘subinde intraverunt …’) parce qu’il n’était pas certain de leur authenticité.

Citer ce billet: “Le Fragment de Traù”, par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 22/06/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.