Sat. 80, 9 : la vie comme comédie

Fere totus mundus exerceat histrionem (‘presque le monde entier joue la comédie’) écrivait Jean de Salisbury (mort en 1180) à propos du Satyricon. En effet, la composante théâtrale est bien présente chez Pétrone : l’hypocrisie caractérise ses personnages, qui bien souvent assument les postures sublimes des figures de la grande littérature, rien que dans le but de tromper les autres.

D’après certains critiques (voir par exemple Setaioli 2001), dans le poème placé en correspondance de Sat. 80, 9, Pétrone révélerait explicitement le thème de l’hypocrisie comme motif inspirateur de toute son œuvre. Dans ce poème, Encolpe, le protagoniste du Satyricon, se plaint d’avoir été abandonné par son jeune aimant Giton :

L’amitié est un mot qui dure autant qu’il est utile ;
Le pion va et vient sur la table du damier.
Tant que la fortune nous demeure, vous faites bon visage, ô amis ;
Nous a-t-elle quittés, vous nous tournez le dos et fuyez honteusement.
La troupe joue sa pièce sur la scène : celui-là fait le père,
Cet autre le fils, ce troisième a nom de riche.
Mais quand le livret se ferme sur leurs rôles,
Leur vraie face reparaît, la fausse s’évanouit.

Pétrone, Sat. 80, 9. Traduction d’Alfred Ernout.

Les rôles (le père, le fils, le riche) ici évoqués étaient des figures typiques du mime ancien. Mais, comme Panayotakis (1995 : 114-115) l’a souligné, les acteurs du mime ne portaient pas de masque, qui est pourtant mentionné au dernier vers du poème (‘leur vraie face reparaît…’). Il faut donc attribuer aux vers de Pétrone un signifié non pas littérale mais métaphorique : la vie n’est qu’une farce, où nous tous cachons notre vrai visage derrière un masque.

La métaphore de la vie comme théâtre est un topos bien ancien. Pourtant, il faut distinguer entre la version nihiliste de la métaphore, qui réduit la vie entière à une illusion (Cavaillé 1991 : 34-42), et la vision désenchantée de Pétrone. Dans le Satyricon, en effet nous ne trouvons aucune attitude moralisante ou pessimiste: c’est une pure constatation que les hommes (et surtout les femmes) ne sont que des hypocrites prêts, à l’occurrence, à simuler ou dissimuler. Il est évident qu’une telle représentation de l’être humain s’accorde parfaitement avec la pensée libertine du XVIIe siècle.

Citer ce billet: « Sat. 80, 9: la vie comme comédie », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org, le 26 fevrier 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.