Pétrone et les polémistes anti-libertins

D’après le père jésuite François Garasse, auteur du traité anti-libertins La doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps (1623-1624), le libertin peut être individué à partir de ses lectures. En effet, la bibliothèque idéale du libertin se compose, écrit Garasse, de trois rangs: au premier, on trouve les livres de Pietro Pomponazzi (le Pomponace) et Machiavel; au deuxième, Girolamo Cardano (Cardan), Pierre Charron et Giulio Cesare Vanini, alors que sur le troisième on voit des ouvrages d’ « horrible impudicité » , tels que les Priapées, les poèmes de Martial et le Satyricon de Pétrone (Garasse 1623-1624: 1016).

De même, le versant protestant attaque Christine de Suède en soulignant polémiquement la prédilection de la reine pour le Satyricon: « elle scait par cœur les passages de Petronius arbiter… Elle parle de la sodomie avec le plus d’effronterie que si elle an [sic] fait leçon dans le Colisée de Rome » (cité par Akerman 1991: 3).

Citer ce billet « Pétrone et les polémistes anti-libertins », par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org/, le 25/02/2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.