Les 10 émissions parisiennes du Satyricon de 1601

Page de titre de l’émission du Satyricon chez Christophe Beys (BnF, cote: 16-Z-10845) publiée à Paris en 1601. On remarque que le prénom de l’imprimeur est mal orthographié (‘Cristophori’ au lieu de ‘Christophori’).

L’éd. Wouweren du Satyricon a été reproduite en France une première fois, en 1601, à Paris et puis à Lyon, en 1608 par l’imprimeur Paul Frellon. Les deux éditions françaises sont identiques en ce qui concerne le texte de Pétrone. De plus, les deux incluent l’anthologie Catalecta Veterum Poetarum et relatif commentaire, le tout repris de la deuxième édition du Satyricon de Pierre Pithou (1587). Les réimpressions françaises de l’éd. Wouweren nous intéressent particulièrement, car c’est sur le texte de celles-ci qu’est principalement basée la traduction italienne manuscrite.

L’édition parisienne de 1601 présente la particularité de représenter une édition partagée, c’est-à-dire d’avoir a été publiée à frais communs par plusieurs libraires. Chaque libraire a apposé sa propre page de titre sur son lot d’exemplaires à vendre. Dans ce cas, on parle de différentes émissions d’une même édition.

On distingue les 10 suivantes émissions de l’édition parisienne du Satyricon de 1601:

  1. ex officina Cristophori [sic] Beys (Christophe Beys)
  2. apud viduam Guilielmi Chaudière (veuve Guillaume Chaudière)
  3. apud Ioannem Februarium (Jean Février)
  4. apud Iulianum Bertault (Julien Bertault)
  5. apud Nicolaum Buon (Nicolas Buon)
  6. apud Michaelem Sonnium (Michel Sonnius)
  7. apud Stephanum Valletum (Etienne Vallet)
  8. apud Petrum Rezé (Pierre Rezé)
  9. apud Robertum Fovet (Robert Fovet)
  10. apud Guilielmum Meleine (Guillaume Méleine)
Frontispice de l’émission apud Ioannem Februarium (Bibliothèque Sainte-Geneviève, cote: 8 Z114 INV 136).
Page de titre de l’émission apud Petrum Rezé
(Médiathèque d’Orléans, cote: D2676). Il s’agit d’une émission extrêmement rare. On peut remarquer la coquille ‘PARIISIS’ dans l’indication du lieu de publication.
Même coquille (‘PARIISIS’ au lieu de ‘PARISIIS’) sur le frontispice de l’émission apud Bertault
(Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, cote: LLD 6= 2).

La plupart des imprimeurs impliqués dans cette entreprise commerciale sont liés par des relations familiales (voir Schmeling et Stuckey 1977: 12). La publication gravite autour de la figure de Christophe Beys (1575-1647). Ce dernier est le fils de Madeleine Plantin, fille de Christophe Plantin, et de Gilles Beys, qui dirige à Paris la succursale de son beau-père. En 1595 Christophe succède à son père. Il travaille en collaboration avec son beau-père Adrien Périer, mais en 1600 ce dernier le fait poursuivre pour dettes. En avril 1601 Christoph Beys perd son statut de libraire juré de l’Université de Paris. Depuis, il quitte Paris et mènera une vie plutôt aventureuse.

Quant au texte de Pétrone, l’édition parisienne reproduit exactement l’édition Wouweren publiée en 1596 à Leyde par Christophe Plantin, grand-père de Beys. Les 10 émissions parisiennes sont publiées sans privilège. Il pourrait en effet s’agir d’une édition pirate, liée aux problèmes économiques de Beys. La mauvaise qualité typographique de la publication parisienne, qui présente un nombre plutôt élevé d’erreurs, montre qu’elle a été imprimée hâtivement.

‘ATALECTA’ au lieu de ‘CATALECTA’ dans le titre courant de p. 191: coquille présente sur certaines des émissions parisiennes. Cette image est tirée de l’exemplaire de l’émission apud Ioannem Februarium appartenant à la Bibliothèque-Sainte Geneviève (cote: 8Z 114 INV 136).
Frontispice de l’émission ‘chez la veuve de Guillaume Chaudière’ (Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, cote: LLD 6=2)

Citer ce billet: “Les 10 émissions parisiennes du Satyricon de 1601″, par Corinna Onelli. Publié sur https://satyricon17.hypotheses.org, le 30 novembre 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.